Le langage des émoticônes

Publié le 24.01.2017
Les émoticônes ou « frimousses » sont devenues presque incontournables dans nos échanges par minimessages ou sur les réseaux sociaux. Mais constituent-elles pour autant un nouveau langage ?
© John Earl

Le phénomène des émoticônes tire son origine d’un petit symbole inventé dans les années 1980 par un chercheur en informatique américain. La combinaison de caractères typographiques qui représente un visage souriant :-) (lorsque l’on se penche à 90° vers la gauche) sera le début d’une longue série de déclinaisons.

Les « frimousses », dont le célèbre visage jaune et souriant reste la figure emblématique, sont devenues de plus en plus élaborées, afin de couvrir un grand panel d’émotions. Ces petites images, fixes ou animées, font désormais pleinement partie de nos habitudes de communication.


ENTRÉS DANS LE DICTIONNAIRE

Venus du Japon, les émojis incarnent la nouvelle version des émoticônes. Selon une étude datant de 2015, 92% des internautes utilisent ces pictogrammes. La vague de standardisation est telle, que le terme émoji (du japonais, composé de : « dessin, image » et de moji : « lettre, caractère ») a trouvé sa place dans le dictionnaire du Petit Robert en 2017.

En dépit de l’engouement et de l'ampleur des débats qu'elles suscitent, les émoticônes ne peuvent pas être considérées pleinement comme un langage. Elles servent surtout à retranscrire des émotions, à communiquer brièvement, à l’écrit, une information comparable à une expression faciale, ou à une gestuelle. Une nouvelle façon de montrer sa subjectivité en complément de la langue.


Petit lexique des émoticônes les plus courantes :

Sourire  :) :=)

Triste :( :=(

Rigole :D :=D :d

Clin d'œil ;) ;-) ;=)

Pleurs ;( ;=(

Insolent :P :=P

Bouche bée :| :=| :-|

Smiley étonné :o :-O


L’info en plus : Les résultats d'une vaste étude sur les émoticônes (par Global Language Monitor) ont montré que le mot le plus utilisé sur les réseaux sociaux en 2014 était l’émoji représentant un cœur ♥.