Le langage minimessage (ou SMS) chez les jeunes

Publié le 19.01.2017
L’usage du minimessage est-il vecteur d’un appauvrissement linguistique chez les jeunes ?
© Leif Harboe

Majoritairement utilisé chez les jeunes, le minimessage ou SMS (Short Message System), qui signifie « système de messagerie courte » requiert de faire passer le maximum d’informations à travers un message bref et efficace. Pour répondre à ces besoins de gain d’espace et de temps, les utilisateurs du minimessage se sont rapidement fondés sur de multiples procédés scripturaux tels que les abréviations, la phonétisation ou l’utilisation de sigles et d’acronymes, comme par exemple mdr : « mort de rire ».

Souvent dénué de grammaire, le langage texto est accusé de faire disparaître l’orthographe et d’appauvrir la langue française, en simplifiant l’idiome à l’extrême. Cependant, d’après plusieurs études et contrairement aux idées reçues, les libertés que prennent les usagers du langage SMS par rapport aux normes graphiques ne sont pas synonymes d’appauvrissement de la langue française.

Le nouveau langage fascine même par son inventivité et sa capacité à fédérer les jeunes. Il crée un espace dans lequel la créativité et l’affirmation d’une identité s’expriment librement. La majorité des utilisateurs semble également avoir connaissance de la norme orthographique dont elle s’écarte. Elle utilise, en plus des règles traditionnelles, comme un nouveau sous-langage, qui lui est propre, avec de nouvelles règles graphiques qu’elle semble maîtriser. La nouvelle génération utilise ainsi fréquemment le minimessage comme un code générationnel.

(Sources : Espace Français)